T-safe à la une

L’essor de Pseudomonas aeruginosa : Explorer sa menace pour la santé

Pseudomonas est un genre de bactéries à Gram négatif en forme de bâtonnet (bacille) appartenant à la famille des Pseudomonadaceae. Ces bactéries sont connues pour leur polyvalence et leur adaptabilité à diverses conditions environnementales. Certaines espèces de Pseudomonas sont inoffensives pour l’homme et jouent un rôle bénéfique dans les écosystèmes du sol et de l’eau, tandis que d’autres peuvent provoquer des infections, en particulier chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli ou qui souffrent de problèmes de santé sous-jacents.

Historique

La bactérie Pseudomonas a été décrite pour la première fois à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle, le genre a été officiellement nommé en 1894 par le botaniste allemand Walter Migula. Depuis lors, de nombreuses espèces du genre ont été identifiées et caractérisées, P. aeruginosa émergeant comme l’une des espèces les plus étudiées et cliniquement pertinentes en raison de sa pathogénicité et de sa présence généralisée dans les infections associées aux soins (IAS).

Pseudomonas aeruginosa

  • Il s’agit de l’espèce la plus cliniquement significative du genre Pseudomonas, car elle est souvent résistante aux antibiotiques et constitue une cause majeure de morbidité et de mortalité chez les patients hospitalisés. P. aeruginosa est un agent pathogène opportuniste associé à un large éventail d’infections, notamment les infections des voies respiratoires, des voies urinaires, des plaies et de la circulation sanguine.
  • Les bactéries Pseudomonas peuvent coloniser et proliférer dans les systèmes d’eau tels que les éviers, les évacuations, les douches et les dispositifs médicaux. L’exposition à des gouttelettes d’eau contaminées ou le contact direct avec des surfaces contaminées peut entraîner une infection.

Statistiques sur les infections

À l’échelle mondiale, les taux d’infections à P. aeruginosa ont connu une tendance générale à la hausse. Cela peut être partiellement attribué à la prévalence croissante des facteurs de risque d’infections à P. aeruginosa, tels qu’une population vieillissante, une augmentation du fardeau de la maladie chronique, une utilisation accrue des dispositifs médicaux et une augmentation du nombre de personnes immunodéprimées.

En 2018, Public Health England a signalé 4 745 cas de bactériémie à Pseudomonas spp. en Angleterre, au Pays de Galles et en Irlande du Nord.

Le taux de cas rapportés a augmenté de 10,7 % entre 2009 et 2018, passant de 7,0 à 7,8 cas pour 100 000 personnes.

Alors qu’un total de 4 409 cas de bactériémie à P. aeruginosa ont été rapportés en Angleterre uniquement entre le 1er avril 2022 et le 31 mars 2023.

Infections nosocomiales

Les infections à Pseudomonas sont une préoccupation importante dans les établissements de santé, où la bactérie peut se propager via des équipements médicaux, des dispositifs, des surfaces et des sources d’eau contaminés. Les patients en soins renforcés et ceux subissant des procédures médicales invasives sont exposés à un risque accru.

Les unités de soins intensifs néonatals (USIN), les unités d’oncohématologie, les unités de greffe de moelle osseuse et les unités de prise en charge des brûlés sont des exemples de contextes de soins renforcés où les patients sont vulnérables aux infections à Pseudomonas.

Les nouveau-nés, en particulier les prématurés, ou ceux ayant un faible poids à la naissance, ont un système immunitaire sous-développé et des barrières cutanées fragiles, ce qui les rend sensibles aux infections. Les patients brûlés présentent un risque accru d’infections des plaies à Pseudomonas en raison de l’altération des barrières cutanées et de l’environnement propice à la colonisation bactérienne que constituent les plaies par brûlures.

Les personnes atteintes de mucoviscidose (MV) sont également particulièrement sensibles aux infections à Pseudomonas, notamment dans les voies respiratoires. Les voies respiratoires des patients atteints de mucoviscidose sont recouvertes d’un mucus épais et collant qui constitue un environnement idéal pour la colonisation et la persistance des bactéries.

Le traitement des infections à Pseudomonas implique généralement un traitement antimicrobien, bien que le choix des antibiotiques puisse être limité en raison de la résistance inhérente de la bactérie à de nombreux antibiotiques. Dans les cas graves, des soins de soutien et des thérapies ciblées peuvent être nécessaires pour gérer les complications et prévenir la propagation ultérieure de l’infection. Un diagnostic précoce et une prise en charge appropriée sont essentiels pour améliorer les résultats chez les personnes atteintes d’infections à Pseudomonas.

Voies de transmission des infections

Les bactéries Pseudomonas, en particulier P. aeruginosa, peuvent être transmises par diverses voies qui touchent certains groupes d’individus présentant un risque d’infection plus élevé.

Ingestion

L’ingestion d’eau ou d’aliments contaminés par Pseudomonas peut entraîner des infections gastro-intestinales, bien que cette voie soit moins fréquente que la transmission respiratoire ou par contact.

Transfert par contact/éclaboussure

Le contact direct avec des surfaces ou des objets contaminés, ainsi que l’exposition à des éclaboussures provenant de sources d’eau contaminées, peuvent conduire à la transmission. Cette voie de transmission est particulièrement importante dans les établissements de santé où le matériel médical, les surfaces ou les sources d’eau contaminés par Pseudomonas peuvent constituer un risque pour les patients, les visiteurs et le personnel soignant.

Dispositifs médicaux contaminés

Les bactéries Pseudomonas peuvent coloniser et proliférer sur les dispositifs médicaux tels que les cathéters urinaires, les respirateurs, les équipements de thérapie respiratoire, les incubateurs à humidité, les cathéters intraveineux et les équipements de nettoyage. Les patients qui doivent subir des procédures invasives, des séjours prolongés à l’hôpital ou qui utilisent fréquemment des équipements médicaux présentent un risque accru d’infections à Pseudomonas associées à ces dispositifs.

Contrôle des Pseudomonas

Bien que le contrôle de la Legionella soit souvent considéré comme un problème d’« installation et d’entretien », la Pseudomonas est considérée comme un problème « pour tous ». Cela est dû à la prévalence environnementale de Pseudomonas et au large éventail de voies de transmission qui peuvent avoir un impact sur les patients.

Des mesures préventives telles qu’une bonne hygiène des mains, des pratiques de contrôle des infections, l’entretien des systèmes d’eau et la gestion des antimicrobiens sont essentielles pour réduire le risque d’infections à Pseudomonas, en particulier dans les établissements de soins de santé.

L’identification, le traitement et la prise en charge des infections en temps opportun sont essentiels pour améliorer les résultats, en particulier dans les populations vulnérables. L’impact sur la santé humaine peut varier en fonction du site d’infection et de l’état de santé général de la personne affectée.

Related insights

T-safe à la une Qu'est-ce que la légionellose ? Transmission, Symptômes et
Prévention Expliqués
T-safe à la une Risques Liés au Retraitement des Filtres Terminaux